Institut de MĂ©decine RĂ©gĂ©nĂ©rative 

de l'Appareil Locomoteur

Prp - Plasma enrichi en plaquettes - Cellules souches - 

Cellules rĂ©gĂ©nĂ©ratrices  autologues - Tendinopathies - Arthrose

 MĂ©decine rĂ©gĂ©nĂ©rative de l’appareil locomoteur

 

 

 

 

Docteur Alain Silvestre

 

Principes du traitement par concentré plaquettaire autologue ou plasma enrichi en plaquettes (PRP)

 

La technique de séparation gravitationnelle des plaquettes permet de retenir les facteurs de croissance contenus dans le PRP. A partir d'une petite quantité de sang du patient, un systÚme de centrifugation permet de séparer les différents composants pour ne conserver que le plasma et les plaquettes. L'utilisation du sang du patient permet d'exclure tout risque de contamination et d'allergie.

Pourquoi les plaquettes ?

Les plaquettes renferment diffĂ©rents facteurs de croissance et biomolĂ©cules, qui accĂ©lĂšrent la cicatrisation tissulaire lorsqu'ils sont appliquĂ©s au contact d’un tissu lĂ©sĂ©. L'appellation facteurs de croissance dĂ©signe une famille de protĂ©ines qui rĂ©gule la multiplication et la diffĂ©renciation cellulaire, responsables d’une rĂ©gĂ©nĂ©ration tissulaire. Les autres biomolĂ©cules possĂšdent des propriĂ©tĂ©s anti inflammatoires et antalgiques.

 

Quel est le but du prp ?

 

Stimuler la cicatrisation d’un tendon ( tendinopathie fissuraire), du cartilage ( arthrose), ou d’un muscle lĂ©sĂ© (dĂ©chirure musculaire), en injectant  au sein de  la zone pathologique les composĂ©s sanguins actifs Ă  l’origine de la cicatrisation.

Dans le sang, les plaquettes sont les composants Ă  l’origine des phĂ©nomĂšnes de cicatrisation et de coagulation. Ils ne reprĂ©sentent que 4  % de la totalitĂ© de la masse sanguine pour 93% de globules rouges.  La  centrifugation du sang par va permettre d’inverser cette proportion et de disposer d’un plasma avec  les « plaquettes concentrĂ©es Â» ce qui va stimuler la cicatrisation.

 

Comment se dĂ©roule la procĂ©dure ?

 

Elle comporte deux temps successifs.

 

       1 : Le premier temps consiste en une prise de sang classique.

 

30 ml sont prĂ©levĂ©s sur une veine du pli du coude.  Le sang est ensuite centrifugĂ©. On ne conserve que le sĂ©rum (3 ml ou 9 ml) qui contient les plaquettes d’oĂč le nom de concentrĂ© plaquettaire (ou PRP Platelet  Rich Plasma). 

Nous utilisons un kit de préparation Protéal marqué CE 0123 Classe 2B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La prĂ©paration  dure environ 40 minutes.

On dispose alors de 30 minutes pour faire l’injection.

Cette premiĂšre partie ne fait pour l’instant  pas l’objet d’une prise en charge par la SĂ©curitĂ© Sociale et reste Ă  la charge du patient (120 euros).

 

 

2 : Le deuxiĂšme temps consiste en une injection guidĂ©e par Ă©chographie ou radiographie.

 

AprĂšs dĂ©sinfection soignĂ©e et anesthĂ©sie locale, le concentrĂ© plaquettaire est injectĂ© de façon stĂ©rile, sous contrĂŽle Ă©chographique ou radiographique au niveau de la rĂ©gion  pathologique.

Cette deuxiĂšme partie fait l’objet d’une prise en charge classique par la SĂ©curitĂ© Sociale, avec majoration de 30 euros prise en charge par certaines mutuelles (contrat d'accĂšs aux soins).

 

 

Que se passe t-il par la suite ?

 

Le muscle, le tendon ou l’articulation traitĂ©s restent  fragiles les 21 premiers jours durant lesquels la cicatrisation s’amorce.  La cicatrisation se poursuit durant plusieurs semaines souvent accompagnĂ©e par de la kinĂ©sithĂ©rapie. La kinĂ©sithĂ©rapie peut ĂȘtre dĂ©butĂ© au 5° jour et consiste en du travail excentrique infra douloureux.